• ILS ONT DIT CA ... A PROPOS DE FASCINATION

    "Pour toute jeune fille, Twilight évoque l'importance du premier amour et le mythe de l'amour défendu ; car qu'y a-t-il de plus interdit que de tomber amoureuse d'un vampire ? Bella parle à chacune d'entre nous, elle a ce côté que nous avons toutes, ce sentiments de se sentir différente sans vouloir être rejetée pour autant."

    Karen Rosenfelt

     

    "Edward aime Bella et veut donc la protéger. Mais il y a une véritable tension sexuelle entre eux. Ils ne peuvent pas aller trop loin, puisqu'il risque de la tuer. C'est à la fois exaltant et agaçant. C'est un jeu sur le désir et la tentation... Bella est tellement dévorée par la passion qu'elle est prête à se sacrifier. Qui ne se souvient pas d'avoir écrit huit mille fois le nom de l'être aimé dans son carnet intime ? D'avoir quetté, anticipé et prévu chaque instant où il serait possible d'apercevoir, même fugacement, cette personne à l'école, de la frôler dans le couloir ? Instants magiques ! Autant de choses que Stéphenie exprime à merveille."

    Catherine Hardwicke

     

    "Il y a une liberté de mouvement des acteurs et de la caméra parce que c'est une histoire sur une fille qui arrive dans un nouvel endroit. Bella est toujours en mouvement, ce qui correspond physiquement au déplacement d'un univers à un autre. Elle a quitté une ville où elle se sentait chez elle pout une autre où elle n'aurait jamais cru pouvoir habiter. Tout le film s'attache à montrer ce besoin d'aller de l'avant."

    Elliot Davis

     

    "C'est la relation entre Bella et Edward qui conditionne le travail sur l'image. Au lycée, nous avons tourné en plan rapprochés. Tout tenait à la façon dont ils se regardaient. Nous filmions au plus près de leurs corps. Je veux dire, quand vous rencontrez des gens qui vous attirent, qu'est-ce que vous remarquez en premier lieu ? Les yeux, les cheveux qui tombent sur la nuque, les doigts délicats, la forme de la bouche ? C'est la première impression que nous avons essayé de capter."

    Elliot David

     

    "L'univers des Cullen est sombre. Leurs visages sont figés, comme si le temps s'était arrêté sur eux. On devine presque qu'ils viennent d'une autre époque rien qu'en les regardant. C'est ce que j'ai essayé de faire ressortir à travers leur apparence."

    Wendy Chuck

     

    "D'après Stephenie Meyer, le Dr Cullen est d'une beauté stupéfiante. En fait, il ressemble un peu à une star de cinéma. Avant même de savoir qui l'incarnerait, j'ai fait des recherches sur les acteurs blonds des années 1930, 1940. C'est finalement Peter Facinelli qui a été choisi - en dépit de ses cheveux bruns ! On les lui a décolorés et coiffés en arrière. Finalement, le travail était le même que pour un film historique par exemple : dans les deux cas, la coiffure et les vêtements peuvent changer un personnage du tout au tout ; un même figurant peut ressembler aussi bien à un aristocrate qu'à un vagabond."

    Mary Ann Valdes

     

    "Ces vampires vivent depuis si longtemps qu'ils ont amassé pas mal d'objet d'art, pour ne pas oublier leurs origines, mais aussi pour stigmatiser leur immortalité. Ils ressemblent à tous ces gens qui s'entourent de trucs kitsch. Chacun s'est également trouvé une passion. Celle d'Edward, c'est la musique. Il l'a vue évoluer. Son espace témoigne de ce goût, alors que l'aspect dépouillé du reste de la maison montre la volonté de la famille d'être en mesure de partir du jour au lendemain. Ce qu'ils font d'ailleurs à la fin du film, pour voler au secours de Bella."

    Ian Phillips

     

    "Les Cullen essaient tant bien que mal de s'intégrer à la société, pour donner du sens à leur vie. Les vampires nomades, au contraire, vivent en marge ; leur seul but, c'est de se nourrir. Ils ressemblent bien plus à l'image traditionnelle des vampires."

    Ian Phillips

     

    "James est décrit comme ayant "les cheveux coupés ras" dans le livre, mais, avec la permission de Stephenie Meyer, l'équipe lui a élaboré un look plus recherché."

    Mary Ann Valdes

     

    "Pour le combat, il nous a fallu imaginer à quoi cela allait ressembler. Catherine et moi avons fini par le résumer d'un concept : "animal". L'idée, c'est que le bon vampire, Edward, n'est pas violent, il refuse de se battre, jusqu'à ce que James menace Bella, ce qui le rend dingue. Ils deviennent très violents. Nous avons regardé des images de tigres se jetant sur leurs proies, observé la course de panthères."

    Andy Cheng

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :