• Bella saute de la falaise

    capture-20130128-020410
    (Adrenaline)
    Extrait de Tentation :
     
    "Ne fais pas ça", me supplia-t-il.
    - Tu voulais que je sois humaine. Eh bien, regarde.
    "Je t'en prie. Pour moi."
    - C'est la seule façon que j'ai trouvée pour que tu acceptes de rester avec moi.
    "S'il te plaît."
    Ce n'était qu'un chuchotis dans les tourbillons de pluie qui ébouriffaient mes cheveux et trempaient mes vêtements, me mouillant autant que si j'avais déjà sauté. Je tanguai sur la paume de mes pieds.
    "Non, Bella !"
    Il était en colère, à présent, et cette colère était si belle ! Je souris, levai les bras comme pour plonger, offrant mon visage à l'averse. Je me penchai en avant, m'accroupissant pour avoir plus de ressort... et me jetai du haut de la falaise.
    Je chutai comme un météore, en hurlant de toutes mes forces, mais c'était un cri de bohneur et non de peur. Le vent m'opposait sa résistance, essayant en vain de lutter contre l'inéluctable gravité, me repoussant, me ballotant en spirales semblables à celles d'une fusée s'écrasant à terre. "Oui !" Le mot résonna dans mon crâne quand je fendis la surface. L'eau était glacée, encore plus que ce j'avais craint, pourtant les frissons ne faisaient qu'ajouter au plaisir. J'étais très fière de moi lorsque je m'enfonçai dans l'océan gelé et noir. Pas un instant je n'avais été victime de la terreur. Ca n'avait été que pure adrénaline. Finalement, le  saut n'était pas du tout effayant. en quoi constituait-il un défi ?
    C'est alors que le courant m'emporta.
    J'avais été si occupée à songer à la hauteur des falaises au danger évident de leurs parois élevés et à pic que je n'avais pas un instant pensé à la mer sombre qui m'attendait en bas. Je n'avais pas envisagé que la véritable menace qui me guettait se trouvait sous le violent ressac.
    J'eus l'impression que les vagues se disputaient mon corps, me secouant de tous les côtés comme si elles avaient la ferme intention de me couper en deux. Je savais comment échapper à un courant de retour : nager parallèlement à la plage au lieu de tenter de rejoindre la grève.
    (...)
    Je ne sentais nulle attraction, vers le fond ou ailleurs, juste la force des courants qui me bringuebalaient comme une poupée de chiffon.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :